85 Questions traitées >
Question QCM N55B
Le niveau d'accessibilité d'une voile dépend :
  1. de la charge alaire appliquée sur les modèles dont la fourchette de poids est très large (2)
  2. du niveau technique du pilote (2)
  3. des résultats aux tests (1)
  4. des indications du constructeur (1)
Question du candidat

Bonjour je ne comprends pas pourquoi le niveau technique du pilote a un impact sur le niveau d'accessibilité d'une aile.

En effet il me semble que l'accessibilité d'une aile est la résultante des caractéristiques intrinsèques de l'aile et non de facteurs tels que la compétence du pilote.

Son niveau de compétence lui donne accès à des ailes disons pointues mais ne change pas l'accessibilité de l'aile qui a des caractéristiques données selon situation et charges allaires.

La réponse de Laurent Van Hille, parapente360.com

Si on donne une aile C à un pilote débutant, il va probablement avoir du mal à décoller. Si par hasard il décolle, il n'aura pas le "niveau technique" pour contrôler l'aile comme elle devrait l'être. Prenons maintenant cette même aile C et donnons là à un Eliot Nochez ou un autre pilote d'accro, il va la trouver extrêmement accessible.

Si le niveau technique du pilote n'interfèrait pas avec l'accessibilité de l'aile, on volerait tous en Enzo 3. Question de perfs !

Question du candidat

Merci pour votre reponse

Je rejoins parfaitement votre avis sur la perception du pilote en revanche je ne suis pas convaincu sur le niveau d'accessibilité de l'aile qui à mon sens est indépendant de cette perception.

La réponse de Laurent Van Hille, parapente360.com

Alors je vais être clair, la question pourrait-être tournée afin que ce débat n'ait pas lieu... Mais quand vous dites : "...le niveau d'accessibilité de l'aile qui à mon sens est indépendant de cette perception", Je dis : pas forcément.

Je vous donne deux exemples :

  1. Je connais beaucoup de pilotes d'Enzo qui ont peur, qui ne se sentent pas bien du tout sous une EN A. Parce que ça ne pénètre pas dans l'air. Parce que ça transmet moins d'informations. Parce que ça vole moins vite... J'en connais même un qui a fait secours sous une aile école suite à du sur-pilotage.
  2. Autre exemple, un pilote qui vole en soaring dans 25 à 30 km/h de vent n'a pas forcément un très gros niveau. Mais il va très probablement se tourner vers une aile de petite surface qui est déconseillée aux pilotes qui n'ont pas un "bon niveau de vol"...

Il ne faut pas confondre niveau d'accessibilité et homologation. Ca ne va pas toujours ensemble. Pour moi le niveau d'homologation indique au pilote comment la voile réagit dans les différentes phases de test.... en air calme ! Et donc selon l'utilisation, son accessibilité sera plus ou moins importante.

Mais encore une fois. On pourrait (et on va probablement voir si on peut) tourner la question autrement

—— • ——