85 Questions traitées >
Question QCM A101M
Les phénomènes bloquant le développement des ascendances en altitude sont en général :
  1. une couche d'inversion (3)
  2. le caractère stable de la masse d'air (3)
  3. un changement brutal dans la direction du vent (-6)
  4. la base des cumulus (-6)
Question du candidat

Je ne comprends pas la réponse 3, on dit et observe en général que c’est bien le cas ! Non ?

La réponse de Gilles Silberzahn, Prévol à Saint Hilaire

Lorsqu’une ascendance se crée, l’air qui la compose perdra en s'élevant 1°C / 100m s’il est sec, et environ 0,6°C / 100m si éventuellement il condense. Il ne s’arrêtera de monter que lorsque sa température aura atteint la même température que l’air ambiant à son contact.

Ramené à l’émagramme, on dit que l’ascendance suit la courbe adiabatique sèche jusqu’à ce que l’air qui la compose condense (si les conditions d’humidité sont réunies). À partir de là, elle suivra la courbe adiabatique humide (ou saturée ou pseudo-adiabatique). Quelle que soit la courbe suivie, l'ascendance s’arrêtera lorsqu’elle rencontrera la courbe d’état de la masse d’air.

Dans une masse d’air stable, cette rencontre se fera rapidement. De même, en rencontrant, une couche d’inversion, l’ascendance sera bloquée par le réchauffement de la masse d’air. (voir schémas ci-dessous)

Dans certains cas, un changement de la direction du vent peut bloquer le développement d’une ascendance, mais uniquement si ce changement crée une couche d’inversion ou stabilise la masse d’air (un vent du Sud amenant de l’air chaud par exemple). Mais dans d’autres cas, il peut avoir exactement l’effet inverse en refroidissant la masse d’air, ou n’avoir aucune influence sur la courbe d’état.

Là où je te comprends, c’est que l’énoncé parle de « changement brutal dans la direction du vent », et qu’on a vite fait d’interpréter ça comme un cisaillement qui a effectivement tendance à bloquer les ascendances. Mais un changement de direction n’induit pas nécessairement un cisaillement bloquant. Par exemple, quand on vole à Montlambert par régime de Nord, la première partie du vol se fait dans la brise de S-S-E. Puis lorsqu’on passe une centaine de mètres au-dessus du sommet, on entre « brutalement » dans le vent du Nord, où l’on continue généralement à monter jusqu’aux cums qui dérivent en N.

Mais je te l’accorde, la question est un peu piègeuse…

—— • ——