Stratégie en cross

Que faire dans le ciel

Quand tu commences à crosser, de nombreuses questions vont se poser à toi :

  • Dois-je enrouler ce thermique ?
  • Suis-je assez haut pour transiter/cheminer ?
  • Je fais quoi maintenant ?
  • et bien d’autres…

On le voit déjà, on distingue 3 actions de base à mener :

  • Monter :  en dynamique, en thermique, en combinant les deux ; toutes les techniques sont bonnes du moment qu’on ne descend plus !
  • Cheminer : se déplacer le long d’un relief, le long ou au-dessus d’une crête, souvent en profitant d’un appui dynamique ou d’effets de confluences.
  • Transiter : passer d’une montagne à une autre, traverser une vallée ; on va avoir du gaz sous les pieds.

 Pour savoir quelle stratégie adopter, on a pris l’habitude de partager le ciel en quatre quarts (ou quatre tranches), et on adoptera des stratégies différentes selon le quart où l’on se trouve. Ces quarts ne sont pas égaux entre eux, et comme on le verra plus loin, ils sont même variables.

Voyons ces quatre quarts en détail.

Quart #1 et Quart #4

Les quarts #1 et #4 sont les plus simples à comprendre.

Quart #1 : C’est tout ce qui se trouve au-dessus du relief de référence. Personnellement, je lui donne le gentil surnom de « quart pépouze » !

Quart #4 : C’est la limite pour rentrer confortablement à un atterro ou une vache.

Quart #2 et Quart #3

Les quarts #2 et #3 sont plus complexes à appréhender.

Quart #2 : Sous le quart #1, tu vas définir une tranche correspondant à 10 à 20% de la hauteur du relief (20% sur l’illustration ci-contre). Plus tu seras à l’aise, et plus tu iras vers les 20%. Quand on débute en cross, on est plus proche de 10%.

Quart #3 : C’est ce qui reste entre le #2 et le #4. Pas compliqué, ça…

OK, le ciel est découpé. Et Maintenant ?

Maintenant, il ne te reste plus qu’à définir ta stratégie en fonction du quart où tu te trouves.

Quart #1 : Tu peux transiter. Tu peux cheminer. Tu ne montes que si tu croises des thermiques supérieurs à +2m/s (vario intégré sur 20 sec.).

Quart #2 : Pas de transition. Par contre, tu peux cheminer. Tu ne t’arrêteras pour monter que si tu croises des varios supérieurs à +1m/s.

Quart #3 : On ne se déplace plus. Il faut monter ! Dès que ton vario zérote, tu enroules, tu exploites, tu patientes, tu observes.

Quart #4 : Allez, va poser… On t’attend au bar !

Et les champions, ils font comment, alors ?

Tu les as vus et ils t’ont fait rêver : pendant que tu t’échines à enrouler les thermiques, Jojo le champion du monde de ton site, lui, il a tout fait « par le bas », et il est arrivé au bar une demie heure avant toi. Alors, c’est quoi, sa stratégie ? Eh bien, elle est quasiment identique à la tienne, à quelques détails près :

  • Le ciel est toujours découpé en quatre quarts, mais au lieu de 10 à 20%, il déplace la limite entre quarts #2 et #3  vers le bas.
  • Il s’impose des limites basses de varios plus élevés, notamment dans les quarts #1 et #2.
  • Il se permet de partir en transition depuis le quart #2.

Prends ton temps avant d’adopter ces stratégies de Jedi. Quand les 10 h d’ensoleillement quotidien ne te suffiront plus à remplir tes objectifs, quand tu commenceras à taquiner les 150 km, alors il sera temps de faire évoluer ta stratégie vers la performance. En attendant, seuls le plaisir et le confort de vol prévalent. N’oublie pas que même Maître Yoda a été un jeune Padawan en son temps !

La stratégie du jeune Padawan
La stratégie de Maître Yoda

(Les changements sont pointés par son sabre laser)

Évolution de la stratégie

Alors, aucune chance de progresser avant d’atteindre les 150 patates ? Bien sûr que si, voyons. Tu as la stratégie de base. Tu verras que sur ton site préféré, avec l’expérience et la connaissance, tu vas vite pouvoir agrandir ton quart #2 vers le bas, voire faire évoluer tes limites basses de vario doucement, demi-point par demi-point.

Et puis parfois, ce sont les conditions aérologiques qui te dicteront une adaptation de ta stratégie dans un sens ou dans l’autre.

Imagine une journée avec une jolie couche d’inversion sous le déco, ou alors des brises fortes en vallée. Tu n’as certainement pas envie de faire un point bas. Du coup, tu vas faire monter ta limite entre les quarts #2 et #3, et tu seras moins exigeant sur les varios : enroule dès que ça monte ! Bref, adopte une stratégie plus sage !

Et maintenant, une autre journée où tu as constaté des varios moyens à +3/+4 au lieu des +1/+2 habituels. Cette fois, tu peux adopter une stratégie plus engagée.

Un petit exemple

Tu arrives sur le site de Montlambert, et tu identifies les différents éléments :

  • A : l’atterro officiel.
  • D : le déco des indiens.
  • B : la petite butte qui sera sur ta droite en sortie de déco.
  • C : la crête d’où semble partir le thermique qui amène au plafond.
  • L : la limite du quart #4, qui t’indique qu’il est l’heure d’aller poser.

En analysant un peu, tu te dis qu’entre la naissance du thermique et ta limite de quart #4, y a pas grand chose, et que, soit tu comptes sur la chance pour trouver le thermique direct, soit tu auras 47 secondes pour prospecter avant de plonger sous la limite et de devoir rentrer à l’atterro tout penaud, soit il va falloir ruser un peu. Après tout, ton objectif est d’arriver sur la crête le plus haut possible pour pouvoir avoir le temps de trouver ce fameux thermique. Pourquoi ne pas utiliser notre stratégie de cross ?

Le relief de référence est notre petite butte « B », qui doit être 50 m plus haut que le déco, soit à peu près à 900m, pour un atterro à 300. Tu as donc 600m de dénivelée, et comme c’est une belle journée, tu vas te fixer 100m de quart #2. Ta stratégie est donc prête avec :

  • Quart #1 : Au-dessus de 900
  • Quart #2 : Entre 800 et 900
  • Quart #3 : En-dessous de 800 avec la limite basse définie précédemment (pointillé bleu)

Donc tu décolles, quart de tour sur ta droite, et cheminement le long de la butte « B ». Si tu croises un +1, enroule. Sinon, chemine. Si tu passes sous les 800, reste dans le coin jusqu’à repasser en quart #2 ou mieux en #1. Continue comme ça jusqu’à arriver à la crête « C », et là, tu auras le temps de trouver le thermique qui te montera au Charvet.

Le quart pépouze

Bon, tu es arrivé jusque là, tu as bien mérité de savoir ce que j’appelle le quart pépouze… Alors, selon le Wiktionnaire :

Pépouze : (Argot) Pépère ; tranquille ; peinard ; confortable.

Et c’est vrai que tu y es bien, dans ce quart #1 ! Tu prends ton temps, tu as une belle vue, tu es au-dessus des copains, tu peux envisager la suite sereinement, voire changer d’objectif, prendre des photos ou chanter une chanson à ta propre gloire, à toi de voir !

Allez, bons vols !

Gérard dans le quart pépouze

2 commentaires

Décret · 30 avril 2022 à 12:26

Merci pour ce document plein de sages conseils, valable pour les conditions avec des thermiques bleues. Je connaissais la répartition en tiers pour un vol sous les nuages… mais peut-être plus pertinent pour les vols de plaine.
Cordialement Éric

    Gilles · 30 avril 2022 à 15:36

    Tout à fait, mais pas seulement pour les thermiques bleus ! Si le nuage est au-dessus du sommet de la montagne de référence, la stratégie en 4 quarts fonctionne toujours, Si il est en dessous, effectivement, le quart #1 disparait, et on obtient alors 3 tiers.

    Pour le vol de plaine, il n’y a lieu ni de transiter, ni de cheminer… Le ciel est alors à nouveau divisé en 3 tiers, limité par le plafond du jour, et la stratégie est plus simple.
    Tiers #1 (plafond – 10-20%) : j’enroule quand mon vario est supérieur à x m/s.
    Tiers #2 : j’enroule dès que ça zérote
    Tiers #3 : je vais poser

Répondre à Gilles Annuler la réponse

Avatar placeholder

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *